Oh ! La douce nuit enfin après un semaine de camping dans le sable et le bruit incessant des bars de nuit, un vrai lit et un vrai sommeil sans boules Quiès !

Les falaises de Kavarna

Un bout de fromage et un bon café dans l’estomac, nous partons vers le nord de la ville, nous avons repéré un accès vers les célèbres falaises de Kavarna.. D’où nous espérons un beau point de vue !

Nous traversons une sorte de banlieue pavillonaire de bric et de broc puis un immense terrain vague sur deux trois kilomètres fait de verdure rase, d’énormes champs de chardons immenses, d’une plante appelée l’armoise maritime, de maisons à moitié construites et abandonnées et de quelques décharges sauvages…

Au bout, le spectacle est tres beau, les falaises blanches et friables, le port de Kavarna, des champs d’éoliennes … Un peu gâché par les villages vacances vides au bord de la falaise …

Nous sommes interrompus dans notre contemplation, par un bruit de froissement d’herbes sèches… A quelques mètres de nous, les fourrés bougent à ras terre et de cette jungle sort soudain la tête aussi surprise que nous d’une enorme tortue qui remonte la pente sableuse de la falaise ! Après quelques secondes d’hésitation, elle continue sa ballade comme si nous ne l’avions pas vue et nous faisons de même …

Invités par un gardien de résidence vide qui s’ennuie devant son potager improvisé dans un coin de la belle pelouse verte, nous suivons sur quelques mètres un simili chemin en bordure de falaise… Des centaines de petits coquillages blancs font penser que la mer montait de toute la hauteur de la falaise il y a bien des siècles.

Mais notre chemin se fond soudainement dans les hautes herbes et nous sommes obligés de nous frayer difficilement un chemin sur un bon kilomètre au milieu des herbes denses et des cailloux… Nos molets déjà meurtris par les coups de soleil brulent de la lacération sadique des orties …

Nous rentrons assoiffés par la chaleur étouffante en retraversant la simili banlieue mais par un autre chemin… La scène est magnifique, de longues rues bien droites et larges abandonnées par le temps et des pavillons plus ou moins délabrés.. Dans les petits jardins improvisés derrière des grillages rouillés, des dizaines d’yeux écarquillés nous suivent, surpris de nous voir nous aventurer dans des quartiers peu fréquentés par les touristes !

 

Ce qui me frappe le plus c’est la couleur de peau des habitants qui s’éclaircit à mesure que nous avançons ! C’est vraiment frappant, d’un brun presque noir d’une population sûrement d’origine rom dans un coin presque bidonville aux poubelles eparses et à la forte odeur d’ordures brulees, vers un blanc clair plus ouest européen lorsqu’on s’approche du centre ville… Dans le premier, les enfants sont magnifiques, petites têtes brunes échevelées et riantes, courant pieds nus dans la rue… Dans le deuxième, la triste mine des laissés pour compte de l’époque sovietique, aigris, le dos courbé par les regrets…

 

La Cité du Rock

Après une halte à la guesthouse pour reprendre des forces, nous retournons dans le centre ville, une grande zone piétonne surprenant dans un pays abimé par la voiture roi, où tous les âges se promènent devant des boutiques vieillottes ou vides …

Cette ville abandonnée contraste avec son surnom de capitale bulgare du Rock ! Son célèbre festival perdure depuis des années et nous croisons régulièrement et plus que dans aucune autre ville, des jeunes et moins jeunes habillés de shorts déchirés et de tee shirts de Metallica, Motörhead et autres stars metalleuses !

Des portraits immenses de ces stars sont même peintes sur les murs dimmeubles de 15 etages à l’entrée de la ville !!!

Nous avons malheureusement à quelques jours près, raté le cru de cette année avec comme guest stars le grand retour de Europe ( oui, le « Final coutdown » !) et Helloween !!!

Retournant à notre hébergement, nous traversons un grand parc où tronent aussi les statues en bronze de deux grandes stars du rock bulgare à quelques mètres de celle en béton bien armé de celle des soldats morts de la révolution contre le communisme…

Les oreilles pleines d’airs des annees 80, nous finissons la soirée dans le magnifique jardin de notre hôte avec une petite bière bien fraîche….

 Photos du jour